Jadot, décrochage en cours

Le candidat écologiste s’affaisse dans les sondages, alors que Jean-Luc Mélenchon se détache parmi les postulants de gauche, laissant présager un vote utile en sa faveur.

Une campagne discrète, de modestes rassemblements publics, des passages médias peu répercutés, l’adoption soudaine de la cravate afin de « présidentialiser » son image : Yannick Jadot n’imprime pas dans l’opinion, s’inquiète le camp écologiste. Fin octobre, il recueillait quelque 9 % des intentions de vote. Quatre mois plus tard, elles sont tombées autour de 5 %, tout juste le seuil du remboursement des frais de la campagne, et au niveau du résultat de Noël Mamère en 2002 (5,2 %), record historique pour une candidature écologiste à la présidentielle. Vingt ans plus tard, l’urgence climatique, thème phare des écologistes, s’est pourtant largement imposée auprès du public. « Il n’a jamais quitté le top 5 de ses préoccupations depuis 2017 », constate Daniel Boy, directeur de recherche émérite au Cevipof (Sciences Po) et spécialiste de l’écologie politique. Une cécité des sondages ? Il n’y croit guère, même si la liste Jadot, troisième des européennes de 2019 avec 13,5 % des voix, avait été évaluée à 9 % par les sondages. « Ils sont plus robustes lors des présidentielles, l’électorat est plus déterminé et l’abstention moindre. »

Ce scrutin, qui promeut des individualités, n’a « jamais été notre tasse de thé », défend depuis longtemps EELV : le mouvement écolo, rétif aux ralliements disciplinés, coupe volontiers les têtes qui dépassent. Jadot a pourtant déjoué le syndrome de l’échec des personnalités notoires et favorites, battues lors de la primaire écologiste par le passé.

Il reste 70% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.