Ukraine : Le trouble jeu d’Israël

Le Premier ministre israélien d’extrême droite, Naftali Bennett, est surtout intéressé par le « torpillage » de la négociation sur le nucléaire iranien.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Le discours de Volodymyr Zelensky, le 20 mars, devant la Knesset, a suscité quelques réactions hostiles dans la presse israélienne. Il est reproché au Président ukrainien d’avoir fait un parallèle jugé abusif entre la situation de son peuple et la Shoah. Zelensky a surtout voulu exprimer sa déception devant le refus israélien d’appliquer des sanctions contre Moscou, et l’accueil généreux réservé aux oligarques russes.

Si le Premier ministre israélien d’extrême droite, Naftali Bennett, a fait le déplacement à Moscou, le 5 mars, on peut d’ailleurs se demander si un autre sujet n’a pas occupé les conversations. On sait Bennett très intéressé par le « torpillage » de la négociation sur le nucléaire iranien. Or, dans le même temps, Poutine trouvait de nouveaux arguments pour s’opposer à un accord sur le point d’être signé. Honni soit qui mal y pense…


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.