Derrière le vote, une bataille culturelle

Le score cumulé historiquement bas qui s’annonce au premier tour de la présidentielle invite les forces du progrès sociales et écologiques à une profonde remise en question.

Michel Soudais  • 6 avril 2022
Partager :
Derrière le vote, une bataille culturelle
© Magali Cohen / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

L’idée a, petit à petit, cheminé. Encore quelques points de pourcentage à grappiller et Jean-Luc Mélenchon pourrait être dimanche au second tour. « Pour quoi faire ? » questionnent les sceptiques. « De toute façon, il ne peut pas gagner contre Macron, alors autant voter pour ses idées », ici Yannick Jadot, là Fabien Roussel ou Anne Hidalgo, pronostiquent certains de leurs partisans les plus impliqués dans leur campagne sur la foi des mêmes sondages qui enregistrent jour après jour la dynamique du candidat de l’Union populaire. Ceux-là ignorent – ou font mine d’ignorer – que la présidentielle, dans le cadre institutionnel actuel, ne se résume pas à une course de petits chevaux dépolitisante que nous sert le récit médiatique dominant.

Dans une présidentielle ne se joue pas seulement l’élection d’un homme ou d’une femme à une fonction certes prééminente puisque la Constitution de la Ve République lui octroie des pouvoirs exorbitants. Elle est davantage un moment de confrontation entre des visions du monde et de l’avenir de notre pays, jusqu’à l’antagonisme. Celles-ci sont déclinées dans des programmes élaborés par des collectifs d’ampleur variable. Leur diffusion, les discussions qu’elles suscitent, et le taux d’adhésion qu’elles reçoivent par le vote, même si celui-ci se résume à un nom sur un bulletin glissé dans l’urne, façonnent l’imaginaire d’un futur désirable. En cela une campagne a un impact important sur les années qui suivent. Et pour ce qui est de la gauche, ses prolongements se constatent dans des luttes.

Cette manière de voir l’échéance électorale des 10 et 24 avril se lit en filigrane dans la plupart des tribunes et des appels à voter pour le candidat de l’Union populaire dimanche. Il s’agit, y lit-on, de déjouer le scénario d’une élection « écrite d’avance dans laquelle seules la droite et l’extrême droite occupent l’espace médiatique, laissant la gauche, les questions climatiques ou les enjeux d’égalité loin (très loin) derrière ».

Si certains de ces textes insistent sur le sérieux du programme porté par Jean-Luc Mélenchon, qui fut élaboré en relation avec l’action des mouvements de la société française depuis cinq ans, d’autres appellent plus simplement à barrer la route du deuxième tour à Marine Le Pen. Avec un sentiment d’urgence amplifié par des enquêtes d’opinion qui n’excluent plus que la candidate de l’extrême droite puisse finalement l’emporter face à Emmanuel Macron, tant le rejet du président sortant est fort. La faire chuter dès le premier tour en votant pour le candidat de gauche le mieux placé apparaît comme le moyen le plus efficace d’éviter ce scénario catastrophe.

Dans la bataille idéologique menée depuis 2002, où l’extrême droite n’a cessé de marquer des points, ce « vote contre » aurait aussi des aspects positifs pour les idées de la gauche de transformation sociale et écologique qui ont tant de mal à se faire entendre. Que ce soit dans l’appel « Ce sera Mélenchon » initié par la féministe Caroline De Haas et signé par 2 000 personnalités, dont les artistes Romane Bohringer, Anny Duperey, Blanche Gardin, Corinne Masiero, Princess Erika, Sanseverino ou Bruno Solo, dans celui de 800 universitaires parmi lesquels on relève les signatures de la philosophe Sandra Laugier, des sociologues Bernard Friot et Bernard Lahire, du politiste Rémi Lefebvre ou de l’historienne Aurélia Michel, ou encore dans la tribune de soutien au programme et à la candidature de Jean-Luc Mélenchon publiée par 160 économistes « appartenant à des écoles de pensée différentes » (1), un même espoir transparaît : la gauche au second tour, c’est « deux semaines de moins d’extrême droite à la télé et dans nos journaux, c’est moins de racisme, d’homophobie, d’islamophobie et d’antisémitisme ».

« Deux semaines de moins d’extrême droite à la télé, c’est moins de racisme, d’homophobie, d’islamophobie et d’antisémitisme. »

C’est aussi pour les économistes, alors que « la proximité des propositions économiques d’Emmanuel Macron, Valérie Pécresse, Marine Le Pen et Éric Zemmour saute aux yeux », la possibilité de mettre en lumière « une voie alternative, en abordant les questions économiques sous l’angle de la satisfaction des besoins et non de la logique du profit ou du consumérisme ». « On pourra débattre de la vie réelle des Français », imagine dans un entretien à Libération (5 avril) Jean-Luc Mélenchon, déterminé à porter un autre débat public que le débat manipulateur sur la sécurité, les religions, l’immigration.

Dimanche dernier, en meeting à Toulouse sur la place du Capitole, il listait ainsi les sujets qu’il évoquerait dans l’entre-deux tours et qui ne feraient pas débat dans un duel final Macron-Le Pen : le blocage des prix, l’augmentation du Smic à 1 400 euros net, la retraite à 60 ans, l’interdiction des fermes-usines et des pesticides responsables de la contamination de « 99 % des rivières » de France, la lutte contre la malbouffe, la sortie planifiée du nucléaire, la 6e république avec une constituante, le référendum révocatoire et le référendum d’initiative citoyenne. Ou encore « l’amnistie des gilets jaunes, des syndicalistes et des écologistes comme tous ceux qui nous ont défendus, ont été des lanceurs d’alerte et n’ont jamais attendu aucune récompense ». La liste n’est pas exhaustive.

Une élection est l’occasion de « produire de nouveaux espaces de discours et d’identification politique », note l’écrivain Édouard Louis dans un entretien au site linsoumission.fr, initié par La France insoumise. Et d’ajouter : « L’extrême droite est puissante quand elle possède le temps et le langage. Quand c’est elle qui pose les questions. Quand c’est elle qui choisit de quoi on parle. La gauche perd quand elle se met en position secondaire, quand elle vient après dans le temps et le langage, quand elle répond. » En ce sens, le vote peut changer les termes du débat et, à travers lui, la présentation médiatique qui sera faite des clivages de la société française. Substituer enfin aux dichotomies – républicain-antirépublicain, européens-nationalistes, populistes-responsables… – les clivages concrets qui opposent la gauche à la droite sur des solutions.

Des sceptiques notent, à l’instar du politiste Philippe Marlière, qu’une qualification de Jean-Luc Mélenchon au deuxième tour « serait davantage la conséquence paradoxale d’une surcompétition électorale à droite plutôt qu’une adhésion au candidat de La France insoumise ». Sans doute. Mais si l’on peut adhérer à un projet, à un programme, en partager des éléments que l’on juge importants, quand a-t-il jamais été question d’adhérer à un candidat ? Dans une configuration inverse, en 2002, une surcompétition à gauche a permis à Jean-Marie Le Pen d’accéder au second tour, le 21 avril, avec 16,86 % des suffrages exprimés quand les huit candidats de gauche et d’extrême gauche totalisaient 42,89 %. Ne serait-ce pas déjà une revanche de profiter de cette surcompétition pour populariser la vision d’un autre monde, tant cet épisode a inauguré deux décennies de politiques toujours plus droitières sur la sécurité, la lutte contre l’immigration ou les libertés.

Car la présence d’un candidat de gauche au second tour, en l’occurrence Mélenchon, porteur d’un programme salué par de nombreuses associations ou collectifs telles qu’Oxfam France, la Confédération nationale du logement, le Collectif santé mondiale, Notre Hôpital, Osez le féminisme, Greenpeace, Réseau action climat, The Shifters, Halte à l’obsolescence programmée, France Nature environnement, la charte Engagement animaux ou L214. Parfois à égalité avec Yannick Jadot ou Fabien Roussel, plus rarement Anne Hidalgo. La présence d’un candidat de gauche au second tour marquerait une étape dans la bataille culturelle contre les thèmes de détestation et d’exclusion que l’extrême droite impose depuis trop longtemps avec la complicité croissante de nombreux médias.

Depuis 2017, l’accession de Marine Le Pen au rang de première opposante à Emmanuel Macron a légitimé sur les antennes l’invitation de cadres de son parti. En toute occasion et sur tous les sujets. Elle a également ouvert la voie à la présence sur toutes les chaînes d’info d’éditorialistes et de chroniqueurs venus de médias jusque-là marginaux et qui pour l’essentiel le sont encore – un comble ! –, Valeurs actuelles, Figaro vox, Causeur, L’Incorrect, Boulevard Voltaire, qui ont grandement contribué à la banalisation des discours de droites extrêmes décomplexées. Et discrédité sur les antennes et les plateaux les points de vue de la gauche et des écologistes quand ils n’en étaient tout bonnement bannis.

Lire notre dossier > Médias : Fachos en continu

Réacteur principal de notre vie institutionnelle, l’élection présidentielle établit un rapport de force politique dans les institutions et donne trop de pouvoir au vainqueur et à son camp. Mais au-delà de cet aspect, elle prépare aussi, en donnant à voir les visions qui s’opposent, le terrain idéologique des batailles futures.


(1) Plusieurs d’entre eux sont des chroniqueurs réguliers de Politis : Mireille Bruyère, Thomas Coutrot, Jean Gadrey, Jean-Marie Harribey, Dominique Plihon.

Publié dans
Parti pris

L’actualité vous fait parfois enrager ? Nous aussi. Ce parti pris de la rédaction délaisse la neutralité journalistique pour le vitriol. Et parfois pour l’éloge et l’espoir. C’est juste plus rare.

Temps de lecture : 8 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don