La gauche en meilleure posture qu’en 2017

En cas de rassemblement des forces, l’objectif d’imposer une cohabitation n’est pas inatteignable.

Michel Soudais  et  Maxime Sirvins  • 27 avril 2022
Partager :
La gauche en meilleure posture qu’en 2017

Et si la gauche imposait à Emmanuel Macron une cohabitation ? Jean-Luc Mélenchon, en proposant aux électeurs de l’élire Premier ministre lors des élections législatives des 12 et 19 juin prochains, a tracé cette perspective mobilisatrice. Non sans avoir préalablement ouvert la porte à des négociations avec EELV, le PCF et le NPA pour aborder ce scrutin rassemblés. À cette condition, l’objectif n’est pas inatteignable. Les gauches, toutes tendances confondues – ce qui inclut aussi bien les écologistes que les candidatures de Lutte ouvrière (LO) et du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) –, totalisaient, le 10 avril, 31,94 % des suffrages exprimés, contre 27,67 % cinq ans auparavant. Une progression de plus de 4 points, principalement attribuable au candidat de l’Union populaire, qui progresse de 2,37 points, alors qu’en 2017 il avait le soutien du PCF, dont le candidat vient d’obtenir 2,28 %, quand les scores cumulés de Yannick Jadot et d’Anne Hidalgo (6,38 %) retrouvent à deux centièmes près celui de Benoît Hamon (6,36 %). Résultat : la gauche, au-dessus de 50 % dans 4 circonscriptions seulement en 2017, a passé cette barre le 10 avril dans 37 circonscriptions. Dont 13 à plus de 60 %. Elle totalise aussi entre 40 % et 50 % dans 60 circonscriptions (28 en 2017), et entre 30 % et 40 % dans 172 circonscriptions (160 en 2017). C’est sur la base de ces données électorales, autant que sur des points de programme, que se déroulent les discussions actuelles entre les partis de gauche et de l’écologie en vue de constituer une alliance susceptible d’enclencher dans l’électorat une dynamique d’union. Un élargissement qui affiche sa vocation majoritaire.

© Politis

© Politis

Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Patrice Bessac : « Nous ne pouvons pas laisser la France à l’extrême droite » 
Entretien 24 mai 2024 abonné·es

Patrice Bessac : « Nous ne pouvons pas laisser la France à l’extrême droite » 

Le maire communiste de Montreuil alerte sur la possibilité de l’arrivée du Rassemblement national au pouvoir, ce qui créerait, selon lui, un « nouveau système politique » auquel « les maires seront les premiers confrontés ». L’édile de Seine-Saint-Denis en appelle à toutes les gauches en vue de la prochaine élection présidentielle pour sortir de la minorité.
Par Lucas Sarafian
Nouvelle-Calédonie : « La position de la France dans le Pacifique est fragile »
Entretien 21 mai 2024 abonné·es

Nouvelle-Calédonie : « La position de la France dans le Pacifique est fragile »

La directrice de l’Observatoire géopolitique de l’Indo-Pacifique à l’Institut de relations internationales et stratégiques, Marianne Péron-Doise, revient sur les enjeux régionaux de la crise calédonienne.
Par Patrick Piro
« Les Kanaks ne renonceront jamais à l’indépendance »
Nouvelle-Calédonie 21 mai 2024 abonné·es

« Les Kanaks ne renonceront jamais à l’indépendance »

Le gouvernement porte la responsabilité des violences en Nouvelle-Calédonie, accuse Dominique Fochi, secrétaire générale de l’Union calédonienne, principal parti indépendantiste du pays.
Par Patrick Piro
« Si la coalition des droites l’emporte, cela pourrait entraîner la plongée vers le chaos »
Entretien 21 mai 2024 abonné·es

« Si la coalition des droites l’emporte, cela pourrait entraîner la plongée vers le chaos »

La tête de liste des Écologistes tente de défendre ses propositions proeuropéennes, comme le fonds de souveraineté écologique ou le droit de veto social. Et dénonce l’extrême droite de Jordan Bardella.
Par Vanina Delmas