Dans le Var, les arguments de la gauche et l’ombre du Front

À Ollioules, La Seyne-sur-Mer, Hyères et Toulon, candidats et militants de gauche adoptent une stratégie claire pour convaincre dans un département promis à la droite la plus extrême : se mettre à hauteur des électeurs.

Lucas Sarafian  • 8 juin 2022 abonné·es
Dans le Var, les arguments de la gauche et l’ombre du Front
© Lucas Sarafian

Rendez-vous boulevard du Général-Leclerc, sept heures du matin. Nom de l’opération : « bouchons au feu rouge ». Au pied de l’Holiday Inn, à la sortie de Toulon, à quelques pas seulement du Pont du Las, quartier populaire à l’ouest de la ville. Éric Habouzit, 35 ans, casquette à l’envers, sac Eastpak porté sur le dos comme un lycéen et candidat sur la 1e circonscription du département, est rejoint par Gwennaelle Jezequel, sa suppléante, et deux militants du coin. Objectif de ce jeudi 1er juin ? Tracter au milieu de la route à quatre voies. Le lieu est stratégique. On y croise ceux qui vont en ville pour travailler et ceux qui en sortent. Armée d’un sac plastique Casino qui contient trois pancartes en carton que le candidat a lui-même confectionnées et des centaines de tracts, la petite équipe se lance. « Je ne sais pas si c’est dérisoire ou pas comme action », ironise Éric Habouzit. Avant de se reprendre : « Si on arrive à se rendre sympa, les gens se rappelleront au moins de nous. Si on fait deux ou trois électeurs ce matin, c’est déjà ça. »

Ce prof de sciences

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)