Tirs de la BAC à Stains : la version policière démontée par une reconstitution en 3D

​Le média d’investigation Index dévoile, ce mardi 4 octobre, une enquête sur l’affaire de Stains. Dans la nuit du 15 au 16 août 2021, deux personnes avaient été gravement blessées par balles lors d’un contrôle de police. Grâce à une reconstitution vidéo précise, Index révèle les manquements de la BAC de nuit ce soir-là alors que la victime sera jugée en appel le 11 octobre.

Maxime Sirvins  • 4 octobre 2022
Partager :
Tirs de la BAC à Stains : la version policière démontée par une reconstitution en 3D
© Index

Le média d’investigation Index vient de publier une enquête qui « permet de démentir la version policière des faits » sur l’affaire de Stains. Cette histoire remonte à la nuit du 15 au 16 août 2021. Ce soir-là, Nordine A., conducteur, et Merryl B., passagère, sont arrêtées sur la chaussée par une voiture.

Sur une vidéo d’un témoin, qui a aidé Index à reconstituer les faits, en plus du dossier judiciaire de l’affaire, on peut voir trois hommes, sans signes distinctifs, encadrer le véhicule. Il s’agit en fait de trois agents de la BAC de nuit de Stains.

Un policier grimpe alors sur la voiture et passe ses jambes par la fenêtre conducteur, pendant qu’un autre casse le pare-brise arrière. Nordine A. enclenche une marche arrière avant de repartir vers l’avant sur quelques mètres, avant de s’immobiliser complètement. Lors de ces quelques secondes de fuites, Nordine A. et Merryl B., vont être visés par 8 tirs policiers.

Le conducteur est touché à plusieurs reprises quand Merryl B. est blessée d’une balle dans le milieu du dos. La suite de la vidéo réalisée par Index est accablante. Après les tirs, les agents s’approchent du véhicule, ouvrent la portière conducteur et ne prêtent pas assistance à Nordine A. alors que celui-ci gît sur le siège blessé par plusieurs tirs.

Pire, Merryl B. est montrée titubant le long de la route avant de s’effondrer au sol, le dos en sang, toujours sans la moindre assistance des trois policiers présents. D’après Index, Merryl B. affirme même être sortie seule du véhicule sans l’aide des agents. Hospitalisés, les deux personnes survivront à leurs blessures mais garderont des séquelles.

Aucun policier n’a été percuté

Pour Index, « la reconstitution 3D de l’incident dément les raisons invoquées par les policiers pour justifier chacun des tirs qu’ils effectuent ». Ils ajoutent qu’aucun des trois policiers « n’a été percuté par le véhicule » et qu’à huit reprises, à l’instant où ils font feu, les agents « ne se trouvent sur la trajectoire de Nordine A. ».

Pourtant, Nordine A. est jugé en février 2022 pour des violences avec arme par destination, ici sa voiture, sur des policiers, lors d’un refus d’obtempérer. Arrivé libre, il repartira les menottes aux poignets. Il est condamné à deux ans de prison ferme et à 15.000 euros de dommages et intérêts pour les trois agents de la BAC de nuit de Stains.

Son avocat, Me Yassine Bouzrou, avait directement annoncé faire appel de la peine, qui s’accompagnait d’un mandat de dépôt immédiat. Sorti de prison pour raisons médicales, Nordine A sera jugé en appel le 11 octobre 2022.

Index, jeune média d’investigation spécialisé dans l’enquête vidéo et la reconstitution 3D, n’en est pas à son coup d’essai. Spécialisé sur les violences policières, Index a déjà travaillé en partenariat avec Libération et Disclose, entre autre, sur différents dossiers comme l’affaire de Steve Maia Caniço à Nantes.

Police / Justice
Temps de lecture : 3 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

« La valeur accordée à la parole des policiers se détériore »
Entretien • 7 décembre 2022 abonné·es

« La valeur accordée à la parole des policiers se détériore »

Loïc Pageot est vice-procureur de Bobigny, en charge des dossiers mettant en cause des policiers. Affecté depuis douze ans dans la 2ème plus grande juridiction du pays, il évoque, sans langue de bois, la gestion de ces dossiers complexes.
Par Nadia Sweeny
Violences policières : un œil et dix ans de perdus
Violences policières • 7 décembre 2022 abonné·es

Violences policières : un œil et dix ans de perdus

Il y a dix ans, Driss perdait son œil sous les coups d’un policier. Depuis, la justice peine à déjouer les mensonges des agents et à instruire une affaire dans laquelle se sont mêlés absence de communication entre brigades, recours à une brutalité aussi extrême que gratuite et complaisance du parquet. Politis a eu accès à ce dossier inédit. Récit de dix années de combat judiciaire.
Par Nadia Sweeny
Violences policières : la justice face à son tabou
Police • 7 décembre 2022 abonné·es

Violences policières : la justice face à son tabou

Des procédures allégées aux stratégies d’évitement, la réponse pénale aux violences policières est manifestement insuffisante.
Par Nadia Sweeny
« Les policiers les plus violents sont les plus promus »
Police • 30 novembre 2022

« Les policiers les plus violents sont les plus promus »

Fabien Bilheran, ex-policier, et Agnès Naudin, capitaine de police et porte-parole du syndicat Snuitam-FSU, publient ce 1er décembre Police, la loi de l’omerta, où plusieurs policiers racontent une institution ravagée par les dérives. Entretien.  
Par Nadia Sweeny