Qu’entendons-nous par « terrorisme » ?

De quoi l’acte meurtrier de Mohamed Lahouaiej Bouhlel, auteur de l’attaque de Nice le 14 juillet 2016 qui a fait 86 morts, est-il le nom ? Analysé au procès qui se déroule en ce moment à Paris, son profil pose la question de notre définition extensive du terrorisme, au risque de dérives.

Nadia Sweeny  • 9 novembre 2022 abonné·es
Qu’entendons-nous par « terrorisme » ?
© Devant le palais de justice de Paris. (Photo : Magali Cohen / Hans Lucas via AFP.)

Durant toute la semaine du 24 octobre, la cour d’assises spéciale de Paris a analysé le profil et le parcours de Mohamed Lahouaiej Bouhlel, l’homme de 31 ans auteur de l’attaque au camion sur la promenade des Anglais qui a tué 86 personnes, le 14 juillet 2016 à Nice.

Alors que l'auteur a été tué par les forces de police lors de son attaque, huit personnes sont aujourd'hui accusées d’association de malfaiteurs terroriste, dont quatre Albanais pour la revente d’armes. Or certains avocats de la défense se refusent à parler d’attentat, utilisant plutôt l’expression « tuerie de masse ». De fait, le profil du tueur de Nice est pour le moins ambivalent.

Malgré les affirmations de nombreux médias et de personnalités politiques, qui rapprochaient l’attaque meurtrière des attentats de 2015 en la qualifiant de « terroriste » pour souligner son caractère jihadiste, les certitudes se sont étiolées au fur et à mesure de l’enquête. D’après les éléments du dossier, l’ancrage idéologique réel de celui que les analystes de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) ont décrit à Politis comme

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)