« Zéro mort au travail » : Paris, ville pionnière

Le groupe communiste et citoyen a fait adopter au Conseil de Paris un texte qui s’attaque aux accidents professionnels. Objectif : faire de la capitale un modèle à suivre.

Pierre Jequier-Zalc  • 22 novembre 2022 abonné·es
« Zéro mort au travail » : Paris, ville pionnière
© Le 6 avril 2022 à Paris, rassemblement en hommage à Moussa Gassama, mort en nettoyant les vitres d’un centre social. (Photo : Cidjy Pierre / Hans Lucas via AFP.)

Le 18 mars dernier, Moussa Gassama nettoie les vitres du centre d’action sociale de la Ville de Paris. Il fait une chute mortelle. Deux mois plus tard, c’est M. Konaté qui meurt au fond d’une tranchée sur un chantier de rénovation de conduites de gaz à Odéon. Samir Bey, lui, décède fin juin en dépannant une voiture sur l’autoroute A4 près de la capitale.

Ces noms, ces histoires ne doivent pas spécialement vous parler. Et pour cause, elles n’ont été que peu traitées, ou façon fait divers, par des médias locaux. Pourtant, des détails (qui n’en sont pas) de ces accidents du travail montrent un caractère plus structurel du phénomène. Celui de conditions de travail dégradées et précaires qui vont à l’encontre de la sécurité des salariés.

Moussa Gassama était employé dans une société sous-traitante aux ordres d’une entreprise mandatée par le centre d’action sociale. M. Konaté, lui, était

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société Politique
Temps de lecture : 7 minutes