« Habibi, les révolutions de l’amour » : 100 % queer

L’exposition met en lumière la communauté LGBTQIA+ du monde arabo-musulman à travers un bel ensemble d’œuvres éclectiques, au croisement de l’intime et du politique.

Jérôme Provençal  • 4 janvier 2023 abonné·es
« Habibi, les révolutions de l’amour » : 100 % queer
Aïcha Snoussi, « Sépulture aux noyé.e.s », 2021 (Béton cellulaire, bouteilles en verre, eau, papier, encres à base d’alcool et de laine noire calcinée, éléments organiques, 2,5m de haut et 3m15 de diamètre). (c)
© Aïcha Snoussi / galerie La La Lande. Photo : Marc Domage.

Depuis quelques années, participant d’un mouvement global de remise en question du modèle hétéro-patriarcal, les communautés LGBTQIA+ tendent à s’affirmer de plus en plus à travers la planète, mais leur situation demeure très fragile, sinon précaire. Au sein de l’espace arabo-musulman, où l’homosexualité est encore considérée dans certains pays comme un délit voire un crime (parfois passible de mort, comme en Iran), le chemin menant à une pleine acceptation sociale paraît ainsi bien long…

Face à l’obscurantisme, « Habibi, les révolutions de l’amour  » oppose un contre-feu salutaire en apportant un éclairage précieux sur la représentation des minorités sexuelles et de genre dans la création contemporaine de culture arabe.

Proposée par l’Institut du monde arabe (IMA), à Paris, l’exposition a été conçue par Élodie Bouffard, responsable des expositions à l’IMA, avec Khalid Abdel-Hadi, directeur éditorial de My.Kali (webzine jordanien bilingue arabe et anglais, dédié à la culture queer), et Nada Majdoub, commissaire associée.

Constellation hors-normes

Une vingtaine d’artistes qui appartiennent à la communauté LGBTQIA+ ou en sont très proches y figurent.

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 5 minutes