Manifestation du 19 janvier à Paris : la fiche interne qui dévoile le dispositif policier

D’après les notes internes de la Préfecture de Police consultées par Politis, plus de 2 000 membres des forces de l’ordre vont encadrer la manifestation du 19 janvier contre la réforme des retraites.

Maxime Sirvins  • 19 janvier 2023
Partager :
Manifestation du 19 janvier à Paris : la fiche interne qui dévoile le dispositif policier
Gendarmes mobiles lors de l'Acte 3 des Gilets jaunes à Paris, en décembre 2018.
© Maxime Sirvins

Alors que la première manifestation contre la réforme des retraites s’élancera dans les rues parisiennes à 14 h depuis la Place de la République, la Préfecture de Police de Paris prévoit 50 000 à 80 000 manifestants dont 1 000 violents au maximum selon nos informations.

Pour l’encadrer, la DOPC – Direction de l’ordre public et de la circulation – a mobilisé des milliers d’agents des forces de l’ordre d’après les notes consultées par Politis. Pour les unités de forces mobiles spécialisées en maintien de l’ordre, la préfecture a fait appel à 69 sections de CRS comprenant chacune 20 policiers au maximum et 56 pelotons de gendarmerie mobile composés de 20 militaires chacun.

Du côté des forces parisiennes, le préfet de police de Paris Laurent Nuñez ajoute au dispositif 2 BRAV-M et 5 BRAV à pied constituées par les CI, compagnies d’intervention, dont une rappelée expressément pour la mobilisation. Ce dispositif, qui représente environ 2 500 agents rien que pour la manifestation, est équivalent à celui de la manifestation contre la Loi Sécurité Globale du 12 décembre 2020.

Lors de cette journée de mobilisation, le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin – qui n’est pas à Paris en ce jour de mobilisation puisqu’en déplacement avec Emmanuel Macron aux côtés de Bruno Le Maire et Clément Beaune pour un sommet à Barcelone – avait annoncé que les forces de l’ordre avaient procédé à 142 interpellations rien que pour Paris.

Tout Politis dans votre boîte email avec nos newsletters !
Police / Justice
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

« Il y a une criminalisation de l’action politique »
Entretien • 11 janvier 2023 libéré

« Il y a une criminalisation de l’action politique »

L’avocat pénaliste Raphaël Kempf navigue de la défense d’activistes à celle de personnes accusées de terrorisme. Ardent défenseur des libertés publiques, il n’a de cesse de dénoncer la résurgence des lois « scélérates » dans notre droit moderne, mêlant justice et politique.
Par Nadia Sweeny
Exclu Politis / Violences policières : toujours plus de mis en cause et toujours moins de poursuites
Forces de l'ordre • 22 décembre 2022

Exclu Politis / Violences policières : toujours plus de mis en cause et toujours moins de poursuites

Politis a obtenu les chiffres inédits du traitement judiciaire des violences policières de 2016 à 2021. Ils montrent l’explosion du nombre de mis en cause (+ 57 %) et mettent en avant un traitement judiciaire favorisé par rapport à la population générale. Analyse.
Par Nadia Sweeny
Exclu Politis / Violences policières : en 10 ans, une baisse des peines de prison ferme
Justice • 22 décembre 2022

Exclu Politis / Violences policières : en 10 ans, une baisse des peines de prison ferme

Politis a eu accès aux statistiques de traitement judiciaire des violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique (PDAP) et notamment aux peines prononcées depuis 2010. Résultat : une baisse régulière du nombre de peines de prison ferme, mais une augmentation de la sévérité de celles-ci.
Par Nadia Sweeny
Condamnation du policier municipal accusé d’avoir uriné sur deux mineurs
Compte-rendu • 19 décembre 2022

Condamnation du policier municipal accusé d’avoir uriné sur deux mineurs

Le policier municipal de Saint-Ouen accusé d’avoir uriné sur deux adolescents et violenté l’un d’eux a été condamné à douze mois de prison fermes et cinq ans d’interdiction d’exercer. Politis était présent le jour de l’audience.
Par Nadia Sweeny