Le fantasme d’une France assiégée

« Appel d’air », « invasion »…  Les discours xénophobes des sénateurs puisent dans un imaginaire ancré de longue date dans notre pays, dangereux pour toute la société.

Louis Imbert  • 22 novembre 2023 abonné·es
Le fantasme d’une France assiégée
À Saint-Brevin-les-Pins, le 25 février 2023, deux manifestations ont opposé partisans et défenseurs du projet de centre d’accueil de demandeurs d’asile.
© Emmanuelle Pays / Hans Lucas / AFP

À en croire la majorité sénatoriale, la France serait assiégée. À l’occasion de l’examen du projet de loi immigration et intégration, le Palais du Luxembourg a été le théâtre d’une nouvelle salve de discours xénophobes. L’immigration menacerait la France, en raison d’une masse d’étrangers arrivant toujours plus nombreux sur le territoire. Ils représenteraient pour notre pays un péril économique, sécuritaire, voire « civilisationnel ». C’est avec cette obsession à l’esprit que les sénateurs, dans leur infinie « sagesse », ont considérablement durci le projet de loi du gouvernement, déjà loin d’être favorable aux étrangers.

Dès le mois de mars, c’est au prétexte d’un « appel d’air » que la sénatrice Les Républicains (LR) Françoise Dumont déposait un amendement prévoyant la suppression de l’aide médicale d’État (AME). Mis en place par le gouvernement Jospin en 1999, au même moment que la couverture maladie universelle, ce dispositif prend en charge les soins médicaux et hospitaliers des étrangers en situation irrégulière, sous conditions de résidence et de ressources. Seuls peuvent y prétendre ceux qui résident en France depuis plus de trois mois et dont les ressources n’excèdent pas 810 euros par mois, bien en deçà du seuil de pauvreté.

Pour justifier la suppression de cette aide, la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Pour aller plus loin…

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »
Reportage 23 février 2024 abonné·es

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »

Malgré le manque de moyens et le désert médical dont souffre le département du Cher, la petite équipe de ce centre hospitalier essaie de soulager la douleur des patients en fin de vie.
Par Hugo Boursier
En France, la très lente révolution de la « culture palliative »
Santé 23 février 2024

En France, la très lente révolution de la « culture palliative »

Alors que des pays étrangers mettent en avant ces soins de confort, la France accuse un retard considérable. La faute au tabou de la fin de vie parmi des soignants concentrés sur l’unique objectif de guérison.
Par Hugo Boursier
À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes
Enquête 22 février 2024

À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes

Un professeur d’anglais du prestigieux lycée privé de la métropole lilloise est suspendu depuis le 31 janvier, après avoir été accusé par une élève d’avoir eu « une attitude inappropriée ». L’établissement assure avoir été réactif. Mediacités et Politis révèlent pourtant que plusieurs alertes le concernant avaient déjà été effectuées.
Par Pierre Jequier-Zalc
Protection de l’enfance : crise sociale et malaise politique autour de la Sauvegarde 93
Enfance 22 février 2024

Protection de l’enfance : crise sociale et malaise politique autour de la Sauvegarde 93

L’une des plus grosses associations de la Seine-Saint-Denis accumule les témoignages et les rapports accablants contre sa direction et ses méthodes de management. Face à une crise qui s’intensifie depuis février 2021, le département – qui assure le principal financement de l’association – reste sourd malgré les appels à l’aide des salariés.
Par Tristan Dereuddre