« Non à la mise en péril du processus de décolonisation en Nouvelle-Calédonie » 

TRIBUNE. La politique du coup de force, irrespectueuse des droits légitimes du peuple Kanak, conduite par le gouvernement ne peut mener qu’à un immense gâchis, s’alarment dans cet appel 56 personnalités.

Collectif  • 12 avril 2024
Partager :
« Non à la mise en péril du processus de décolonisation en Nouvelle-Calédonie » 
Un indépendantiste devant un drapeau du Front de libération nationale kanak socialiste (FLNKS) lors d'unmeeting de la campagne du FLNKS pour le « Oui » au référendum d'autodétermination de la Nouvelle-Calédonie, à Nouméa le 1er octobre 2020.
© Théo Rouby / AFP

L’État a imposé que le 3e référendum d’autodétermination se tienne à la date prévue en décembre 2021. C’était aller contre la demande des indépendantistes de le reporter, compte tenu de l’impact du covid et de la période de deuil qui s’en est suivie. En dépit d’une abstention de 57 %, dont une majorité de Kanaks, le gouvernement considère que l’électorat de l’archipel a alors définitivement opté pour une « Nouvelle-Calédonie dans la France ».

Sur le même sujet : Nouvelle Calédonie : Un référendum (néocolonial) pour rien ?

Aujourd’hui, il décide de reporter les élections provinciales de 2024 et de modifier la Constitution pour autoriser le « dégel » du corps électoral provincial. Il s’agit d’ouvrir la citoyenneté calédonienne, pas seulement aux natifs – les indépendantistes sont favorables à la pleine application du droit du sol –, mais au terme d’une durée de 10 ans à tous les résidents. Lesquels deviendront électeurs et éligibles pour les assemblées de Province qui déterminent les orientations politiques locales et la composition du Congrès du pays.

Cette imposition d’un « corps électoral glissant », sans un accord politique global négocié entre les différentes parties prenantes, constitue un passage en force de l’État. Celui-ci, une fois de plus, dicte son calendrier en fixant au processus engagé la date butoir du 1er juillet 2024.

C’est revenir sur un élément clé de l’accord de Nouméa, lequel a permis d’engager un processus de décolonisation et de garantir la paix civile au cours de ces trente dernières années.

Une telle politique renoue avec la logique qui a fait de la Nouvelle-Calédonie une colonie de peuplement.

Sur le même sujet : Le combat des Kanaks pour l’égalité

Elle vise à mettre définitivement en minorité le peuple Kanak, en contradiction du droit international et des résolutions de l’ONU qui invitent les « puissances administrantes » à « veiller à ce que l’exercice du droit à l’autodétermination ne soit pas entravé par des modifications de la composition démographique dues à l’immigration ou au déplacement de populations dans les territoires qu’elles administrent ».

Le Congrès du FLNKS, qui s’est tenu le 23 mars 2024, s’est unanimement prononcé contre ce projet de réforme constitutionnelle. Il a également confirmé que, pour le FLNKS, seuls le dialogue et la recherche du consensus peuvent permettre d’envisager une solution d’avenir pour l’ensemble des Calédoniennes et Calédoniens.

Nous nous alarmons de cette politique du coup de force, irrespectueuse des droits légitimes du peuple kanak et qui met en péril la notion même de citoyenneté calédonienne au principe de la construction du destin commun.

Sur le même sujet : Le présent colonial de la France

Elle compromet la recherche d’un consensus entre les diverses communautés quant au devenir du pays et ne peut conduire qu’à un immense gâchis.

Il est impératif de préserver le processus de décolonisation qui a été poursuivi ces dernières décennies. Pour les droits du peuple kanak et des autres communautés. Pour l’avenir de la Kanaky/Nouvelle-Calédonie. Pour l’image de la France et celle de la République.


Premiers signataires :

  • Gilbert Achcar, chercheur et écrivain
  • Paul Alliès, universitaire
  • Bertrand Badie, politiste
  • Etienne Balibar, philosophe
  • John Barzman, historien
  • Christian Belhôte, magistrat
  • Jérôme Bonnard, syndicaliste Union syndicale Solidaires
  • Claude Calame, helléniste et anthropologue
  • Patrick Chamoiseau, écrivain
  • David Chapell, historien, Université de Hawaï
  • Mathias Chauchat, professeur de droit, université de Nouvelle Calédonie 
  • Nara Cladera, syndicaliste Union syndicale Solidaires
  • Pierre Cours-Salies, sociologue
  • Thomas Coutrot, économiste
  • Pierre Dardot, philosophe
  • Christine Demmer, anthropologue
  • Bernard Dreano, responsable Cedetim
  • Josu Egireun, syndicaliste et anticapitaliste
  • Didier Epsztajn, blogueur Entre les lignes, entre les mots
  • Franck Gaudichaud, historien, Université Toulouse Jean Jaurès
  • Daniel Guerrier, militant anticolonialiste, ancien co-président de l’AISDPK
  • Christine Hamelin, anthropologue
  • Hortensia Ines, syndicaliste Union syndicale Solidaires
  • Mehdi Lallaoui, réalisateur
  • Christian Laval, sociologue
  • Isabelle Leblic, anthropologue
  • Michael Löwy, sociologue
  • Christian Mahieux, syndicaliste Union syndicale Solidaires, éditeur Syllepse
  • Philippe Marlière, politiste
  • Roger Martelli, historien
  • Jean-Pierre Martin, psychitatre
  • Gustave Massiah, économiste, altermondialiste
  • Laurent Mauduit, écrivain et journaliste
  • Isabelle Merle, historienne
  • Michel Naepels, anthropologue
  • Ugo Palheta, sociologue
  • Alice Picard, porte parole nationale d’ATTAC
  • Christian Pierrel, directeur de publication de La Forge
  • Philippe Pignarre, éditeur
  • Boris Plazzi, secrétaire confédéral CGT, en charge des questions internationales
  • Jacques Ponzio, psychanalyste
  • Michèle Riot-Sarcey, historienne
  • Henri Saint-Jean, docteur en psychologie sociale
  • Christine Salomon, anthropologue
  • François Sauterey, vise président du MRAP
  • Denis Sieffert, éditorialiste
  • Patrick Silberstein, éditeur Syllepse
  • Francis Sitel, responsable revue ContreTemps
  • Marc Tabani, anthropologue
  • Serge Tcherkezoff, anthropologue
  • Jean-Marie Theodat, universitaire
  • Benoît Trepied, anthropologue
  • Anne Tristan, journaliste
  • Jacques Vernaudon, linguiste, université de Polynésie française
  • Antoine Vigot, syndicaliste FSU
  • Sophie Zafari, militante syndicale

Mise à jour au 18 avril :

  • Catherine Abecassis, réalisatrice
  • Eñaut Aramendi, responsable de l’action syndicale et sociale au Pays Basque Nord 
  • Françoise Attiba, LDH 66
  • Jean-Paul Augier, historien
  • Mikaa Blugen-Mered, enseignante en géopolitique
  • Fred Constant, professeur des universités
  • Annick Coupé, militante ATTAC
  • Bernard Dardel-Leenhardt, architecte urbaniste
  • Argitxu Dufau, porte-parole du syndicat LAB au Pays Basque Nord 
  • Sonia Fayman, sociologue
  • Christine Findal, occitaniste
  • Claire Gago-Chinaine, militante occitaniste
  • Marta Gentilucci, anthropologue
  • Jérôme Gleizes, économiste
  • Michèle Leclerc-Olive, chercheure CNRS honoraire, responsable associations coopération nord-sud
  • Domanja Lekuona, auteure multimedia, occitaniste
  • Pierre-Yves Le Meur, anthropologue
  • Marc Mangenot, économiste
  • Marie-José Maruejouis, militante occitaniste
  • Florença Nicola, occitaniste 
  • Dominique Nogueres, LDH 66
  • Alphonse Pajapujane, militant kanak
  • Agnès Pelage, sociologue
  • Jacques Perez, LDH 66
  • Edwy Plenel, journaliste
  • Pierre Rousset, militant associatif et internationaliste
  • Koldo Saenz, responsable international du syndicat LAB 
  • Dominique Salgon, militant occitaniste
  • Eric Soriano , maître de conférences en science politique
  • Gérard Tautil, auteur, militant occitaniste
  • Ngoc-Ahn Tran, sociolinguiste
  • Jean-Luc Uguen, magistrat honoraire
  • Freddy Varvenne, occitaniste

Contact : appelkanaky@orange.fr

Recevez Politis chez vous chaque semaine !
Abonnez-vous
Publié dans
Tribunes

Des contributions pour alimenter le débat, au sein de la gauche ou plus largement, et pour donner de l’écho à des mobilisations. Ces textes ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction.

Temps de lecture : 5 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Pour la défense des droits des salariés dans le secteur médico-social
Tribune 23 mai 2024

Pour la défense des droits des salariés dans le secteur médico-social

TRIBUNE. En Seine-Saint-Denis, plusieurs élus, militants et salariés alertent sur les conditions du droit du travail au sein de l’association de la Sauvegarde 93. Ils dénoncent aussi le licenciement de Farid Bennaï, délégué syndical FO, pourtant rejeté par l’inspection du travail.
Par Collectif
« Face à la répression contre Ritchy Thibault, faire bloc et être solidaire »
Tribune 21 mai 2024

« Face à la répression contre Ritchy Thibault, faire bloc et être solidaire »

TRIBUNE. Co-fondateur de Peuple révolté et porte-parole de PEPS, Ritchy Thibault fait l’objet, tant de la part d’Emmanuel Macron que de Jordan Bardella, d’un acharnement répressif que les signataires de cette tribune dénoncent avec force.
Par Collectif
« Nous, psychologues, professeur·es et étudiant·es en psychologie, refusons que notre discipline soit instrumentalisée à des fins transphobes »
Transphobie 13 mai 2024

« Nous, psychologues, professeur·es et étudiant·es en psychologie, refusons que notre discipline soit instrumentalisée à des fins transphobes »

TRIBUNE. Plus de 1 000 psychologues, psychiatres, psychanalystes, profs et étudiants en psychologie s’opposent à la proposition de loi des Républicains sur l’interdiction des transitions pour les mineurs et défendent l’autodétermination des personnes trans.
Par Collectif
Apologie du terrorisme : l’instrumentalisation après l’intégration dans le droit commun il y a 10 ans
Tribune 10 mai 2024

Apologie du terrorisme : l’instrumentalisation après l’intégration dans le droit commun il y a 10 ans

TRIBUNE. L’avocat Vincent Brengarth dénonce le dévoiement de cette infraction pénale pour criminaliser, en pratique, ce qui relève d’un débat d’idées d’intérêt général sur la situation dramatique de la population de Gaza.
Par Vincent Brengarth