Ici

Raffinage social et écologique Face à la grève illimitée des salariés des raffineries, et à l’approche des régionales, le pétrolier Total a précipitamment mis la pédale douce sur son projet de délocalisation de la raffinerie des Flandres, près de Dunkerque. Comme ses collègues du CAC 40, l’industriel s’est surtout inquiété pour ses bénéfices en baisse (7,8 milliards d’euros en 2009) plutôt que du devenir des 370 salariés et des quelque 450 sous-traitants de la raffinerie. Sans parler de l’absence de vision…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.