Lu, vu, entendu

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


LU


Un court extrait de la littérature des « Gracques » publié dans le Monde (3 septembre) faisait rêver. Pour ce collectif de hauts fonctionnaires et autres chefs d’entreprise réputés de gauche, « l’idée est de tailler dans les salaires des fonctionnaires et les dépenses sociales ». Toujours selon le compte rendu que le Monde fait d’un livre récemment publié par ces idéologues, Ce qui ne peut plus durer (Albin Michel), ceux-ci préconisent une hausse de deux points de la TVA, qui est le plus injuste des impôts. Une politique qui n’est pas très loin de rappeler celle de Sarkozy ? Comme aurait dit feu Mao Tsé-toung, avec une gauche comme ça, on n’a pas besoin de droite…


VU

Au premier jour de la rentrée des classes, le ministre de l’Éducation nationale, Luc Chatel, se voulait rassurant sur France 2 : « Chaque enfant aura ce matin un enseignant. […] Nous avons une très bonne administration qui fait bien les choses, et la rentrée va bien se passer sur le plan administratif et technique. » Avec l’entrée en vigueur de la réforme de l’enseignement, tous les niveaux scolaires sont touchés. Cette année, 1 500 classes dans le primaire ont été supprimées. Et pour les collèges et lycées, ce sont 4 800 postes qui sont passés à la trappe alors qu’il faut accueillir 80 000 élèves supplémentaires, selon le Snes-FSU. Dans ces conditions, difficile de croire que la rentrée scolaire se passe dans de bonnes conditions pour les jeunes profs titulaires du Capes ou de l’agrégation qui se retrouvent face à des classes surchargées sans avoir appris à enseigner. Ou que la nouvelle politique ministérielle consiste à « beaucoup plus travailler sur le qualitatif, sur la personnalisation ».


ENTENDU


David Sénat, soupçonné d’avoir transmis au Monde en 2010 des informations concernant l’affaire Bettencourt, a réaffirmé son innocence, le 2 septembre sur France Inter. L’ancien conseiller au ministère de la Justice, dont le nom apparaissait sur les fameuses « fadettes » (factures détaillées) d’un journaliste du Monde (voir éditorial de Denis Sieffert), note qu’il a été identifié « parmi une liste probablement assez longue ». On trouvera dans le Journal du dimanche du 4 septembre la version, livrée sans retenue, du directeur des Renseignements généraux. Le journaliste du JDD fait état de la date et du nombre supposé d’échanges téléphoniques entre David Sénat et le Monde. Au moins, là, il n’y a pas besoin d’enquêter pour connaître la source du JDD


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.