De la prison avec sursis pour deux militants du comité Hakim Ajimi

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Le tribunal correctionnel de Grasse a condamné, ce lundi, deux membres du comité Vérité et justice pour Hakim Ajimi à quatre mois de prison avec sursis et 150 euros d’amende pour outrage et insulte envers des policiers. Ils étaient poursuivis pour avoir traité d’« assassins » des policiers au cours d’une manifestation, au troisième jour du procès de l’affaire, le 19 janvier 2012. Les deux prévenus nient avoir visé un agent en particulier.

« C’est une décision purement politique, s’emporte ce lundi Walid, l’un des deux condamnés joint par Politis . On veut faire taire ceux qui se lèvent contre une justice de classe. J’ai honte pour la justice. »

En février 2013, des peines de six, dix-huit et vingt-quatre mois de prison avec sursis ont été confirmées en appel à l’encontre de deux policiers de la BAC et d’un policier municipal, impliqués dans la mort d'Hakim Ajimi. Ce jeune Grassois de 22 ans est décédé le 9 mai 2008 pendant son interpellation. Depuis, ses proches se battent « pour que la justice fasse son travail » .

Les deux militants devraient faire appel de ce jugement. Même si, cinq ans après le décès d’Hakim Ajimi, leur combat est « fini ». « Après une longue mobilisation, nous avons envie de tourner la page » , confie Walid.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.