Le parapluie bulgare

Après le drame de Lampedusa, les Bulgares érigent un nouveau rideau de fer.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Après le drame de Lampedusa, là où les migrants affrontent le rideau de mer de la Méditerranée, où ils s’échouent et se noient par milliers, les Bulgares érigent un nouveau rideau de fer. En mars 2014, une barrière de 3 mètres de hauteur s’étendra sur 30 kilomètres au sud de la Bulgarie, à la frontière avec la Turquie. Les autorités bulgares, confortées par les nationalistes, souhaitent endiguer le flux de Syriens qui transitent par la Turquie. Alors que, tout près de la route qu’empruntent les migrants, demeurent les restes de l’ancien rideau de fer qui séparait le monde communiste de l’Europe occidentale. Du côté de l’Union européenne, même si on ne financera pas cette construction, évaluée à 5 millions d’euros, pas ou peu de réactions. « Ce sont les Bulgares les plus à même d’évaluer leurs besoins », a déclaré la représentation de l’UE à Sofia ( le Monde , 11 novembre). Côté bulgare, on minimise. L’objectif ? « Protéger les migrants », car la forêt serait « dangereuse » à cet endroit.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.