Réformes : Les plus fragiles paieront les cadeaux fiscaux

Réduire les impôts ou baisser les déficits publics ? Confronté à ce dilemme, le gouvernement avait semblé privilégier le respect des « engagements de la France » auprès de Bruxelles. Édouard Philippe, dans son discours de politique générale, le 4 juillet, s’était appuyé sur l’audit de la Cour des comptes, qu’il avait lui-même commandé, pour repousser plusieurs promesses présidentielles de baisse d’impôts, notamment la réforme de l’impôt sur la fortune (ISF) reportée en 2019, la suppression de la taxe…

Il reste 80% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Droit à l’avortement, cause universelle

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.