17 avril 2021 : nouvel appel à agir contre la réintoxication du monde

Après les vagues d’actions des 17 juin et 17 novembre 2020, une constellation de syndicalistes, paysan.nes, zads, associations, territoires en luttes, espaces autogérés, coopératives ont décidé d’un appel commun pour le 17 avril 2021 contre des lieux de production, chantiers, projets et infrastructures toxiques.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


En mai dernier, à la sortie du premier confinement, alors que la machine économique et productiviste se réemballait de plus belle, un appel à agir contre la réintoxication du monde a été lancé et suivi par des dizaines de groupes à travers le pays. Le 17 juin 2020, plus de 70 actions, occupations, blocages se sont déployés simultanément. Depuis, des collectifs se sont constitués, des résistances, un temps en pause, se sont réveillées, des projets destructeurs ont été arrêtés. Cette journée a matérialisé un rebond des luttes de terrain face à l'expansion dramatique de la crise écologique et au cynisme patent de « nos dirigeants ».

De nouveau le 17 novembre dernier, malgré les obstacles et interdictions, des mobilisations aux quatre coins du pays sont parvenues à percer les murs du confinement (voir les retours complets sur notre site).

Une constellation de collectifs impliqués dans la « dynamique des 17 », réunie le 20 janvier dernier, a décidé d'un appel commun à une nouvelle journée d'actions le samedi 17 avril.

Alors que nos sociétés « modernes » semblent s'ancrer dans un état de semi-confinement permanent, que le lien entre le covid et la folie écocide n'est plus à faire, les sociétés marchandes semblent toutes prêtes à poursuivre l'empoisonnement du monde jusqu'à leur dernier souffle. Tandis que les leviers pour faire obstacle au ravage des milieux vivants sont anesthésiés par la virtualisation générale, le gouvernement propose de criminaliser le renouveau des mouvements d'actions écologistes et s'entête à faire passer en force la loi de sécurité globale.

À lire > Un pouvoir qui se barricade

Dans une séquence historique où toutes les politiques affirment être guidées par l'urgence sanitaire, la France et les pays voisins poursuivent l'exportation de pesticides interdits sur leur propre sol, qui empoisonnent gravement près de 400 millions de personnes par an sur d'autres continents. Malgré les études officielles sur son caractère climaticide, les déclarations municipales et les actions directes pour la freiner, le déploiement de la 5G sur nos territoires ne fait qu'accroître encore notre dépendance aux écrans. Pourtant la numérisation des existences, que vient cimenter l'ère covid, va de pair avec une perte dépressive des liens, du rapport à la terre et au vivant. C'est dans ces bulles que grandiront dorénavant les jeunes générations si nous ne faisons pas en sorte que le monde soit de nouveau respirable.

Sans attendre la levée de l'urgence sanitaire, des résistances locales renaissent de l'air du temps et de ses cris d'alerte. Le mouvement Stop Amazon se déploie aux 4 coins du pays contre l'implantation de nouveaux entrepôts, symboles de la dystopie moderne. À Gonesse, une nouvelle zad naît contre l'artificialisation des terres fertiles qui bordent encore le « Grand Paris ». À Marseille, un McDonald's a été transformé en lieu de solidarité et de redistribution de nourriture par ses ancien.nes salarié.es. Autour de la raffinerie de Grandpuits, des militant.es écologistes et des syndicalistes en grève s'allient pour dénoncer le greewashing de Total. Elles nous rappellent à l'urgence de penser, avec les travailleurs des secteurs les plus toxiques, les mutations possibles des activités, les réappropriations des lieux de travail, ainsi que les rapports de force à engager pour garantir des ressources et droits pendant les périodes de transition.

À lire > Qui arrêtera le bulldozer Amazon ?

En venant réunir certains de ces fronts, en en faisant émerger d'autres, les mobilisations des 17 juin et 17 novembre ont dessiné une cartographie de sites de production destructeurs qui doivent s’arrêter, de milieux naturels – forêts, zones humides, terres cultivables – qui ne doivent pas être bétonnées, de projets insensés auxquels il faudra les faire renoncer... Nous savons que cela nécessitera de revenir régulièrement sur tous ces lieux, d’en habiter certains, d’en métamorphoser d’autres, de continuer à se coordonner et de lancer de nouvelles vagues de mobilisations encore plus amples et déterminées. C’est seulement à cette condition que nous parviendrons peut-être à maintenir des conditions d’existence possibles et désirables pour nous comme pour le reste du vivant, hors du nihilisme marchand.

© Politis

Nous appelons donc une nouvelle fois les habitant.es des villes et des campagnes à informer et accentuer localement la pression sur les secteurs qui leur semblent le plus évidemment empoisonnants et dispensables : cimenteries, usines de pesticides ou productions de gaz et grenades de la police, industrie aéronautique, publicitaire ou construction de plates-formes Amazon, unités d’élevage industriel, développements de l’industrie nucléaire, clusters développant le monde « sans contact »... Nous appelons en ce sens le 17 avril à une troisième série d’actions, blocages, rassemblements et occupations contre de tels lieux de production, chantiers et infrastructures.

Le 17 avril se trouve être aussi la journée internationale des luttes paysannes, qui défend chaque année la nécessité de préserver des terres nourricière pour une agriculture soigneuse du vivant. Si nous visons sérieusement à nous défaire de pans conséquents du monde marchand, il nous faut conjointement nous doter des formes d’autonomies à même de répondre à nos besoins fondamentaux. Nous appelons donc également à des occupations de terres en villes ou dans les zones péri-urbaines pour des projets de cultures vivrières, mais aussi à des réquisitions d’espaces d’entraide, de soin, de redistribution et de création. Il n’y aura pas de « tournant » sans que l’on construise ici et maintenant des formes de vie pleines de sens et bien plus désirables que celles inféodées aux besoins du marché.

Vous trouverez ci-dessous une liste des premiers collectifs, syndicats, associations, territoires en lutte co-signataires et engagés sur cet appel. Si vous souhaitez le signer aussi, nous envoyer un appel à mobilisation locale ou un texte d’analyse complémentaire, vous pouvez écrire à 17nov@riseup.net.

Pour nous rejoindre : agir17@riseup.net

Pour plus d’infos : agir17@noblogs.org

Facebook : agir17 contre la réintoxication du monde

À bientôt pour l’acte 3, le 17 avril 2021 !

Liste des premiers signataires

Zad du Triangle de Gonesse 95 - Résistance écologiste Rennes - Union syndicale Solidaires -NDDL Poursuivre Ensemble - Attac France - Emancipation Collective - Notre Maison Brûle - PACT Pas d'Autoroute Castres- collectif Fête La Friche 59 Toulouse - XR PEPPS - Collectif Seine 78-95 - La lutte des sucs - Désobéissance écolo Paris Adieu Glacier 05 - Stop Golfech - Association des sinistrés de Lubrizol 76 - des Habitant.es de la zad de Notre-dame-des-Landes - Non aux JO 2024 à Paris - Partager c'est sympa ! - le PRÉ 44 - Youth for Climate France - Avignon Zéro Fossile - La Croissance tue ! 49 - Collectif Oxygene - Résilience France - Écocampus ENS - Solidaires 44 - XR Pantin et alentours - Saccage2024 - Stop Carrière Montcabrier 81 - Morbihan contre les fermes usines - La Croissance tue ! - XR Reims - Longo Maï - Anv-Cop21 Montpellier - Attac Reims - tendance intersyndicale et pédagogique Emancipation - réseau Sortir du Nucléaire - Non à Tropicalia 62 - Quartier libre des Lentillères 21 - Association de Défense de la Vallée du Gambon 27 - Extinction Rebellion Tours - Greenpeace Montpellier - XR Besançon - Radiaction - Association Résistance 5G Nantes 44 - Attac Vendée - Droit au Logement - Association Familiale Laïque de Commercy (AFL)55 - Sauv-Natur Saintleulaforet 95 - Coordination antinucléaire du sud-est - ATTAC 93 Sud - Pour une écologie populaire et sociale (PEPS)- Attac 44 - La dérive social club - revue Parade - Collectif Citoyen " Notre Parc N'est Pas à Vendre" - La cagette des terres 44 - Comité Bure en Retz - cinémas Utopia - GIGNV - Alternatiba Nantes -- Collectif Antinucléaire de Vaucluse - Écologie sociale Liège - XR Nantes - Vitré-Tuvalu - Théâtre de l'ADN - Vigilance ogm 21 - Les Communaux - Attac Flandre - Association de défense quartier viaduc Timbergues Aubugues de Souillac 46 - XR05 - Ras le rallye 05 - Les Jardins des Vaîtes 25 - ATTAC-Lille - ATTAC-Villeneuve d'Ascq - ATTAC-Roubaix-Tourcoing - XR Bretagne - ANV-COP21 Reims - collectif Erma Selva - Casse-noix 26-38 - AGIR ( Association pour une Gestion Insulaire Respectueuse) 56 - Informations Pesticides Belle Ile - ZEA - Espace autogéré des Tanneries 21 - Confluences 81 - XR Saint-Brieuc - collectif "changeons le système, pas le climat " de Montpellier - collectif mit 44 - Attac Rennes - gdeam-62 - ACNET Alternative Citoyenne du Nord-Est Toulousain - Collectif des Grévistes de la Faim Pour un Avenir Possible - Attac Alès Cévennes - Balance Ton Port la Nouvelle 11 - Stop nucleaire Drome/Ardeche - StopTERRA2 81 - Collectif Pour le Triangle de Gonesse - Attac Montpellier - Attac Nîmes - Collectif "Plus Jamais ça" Gard - XR Marseille - Les Riverains et les Amis de Béner 72 - Alternatives et Autogestion - XR du Trégor - collectif des faucheuses et faucheurs d'OGM de l'Hérault - STOP Nucléaire Drôme-Ardèche - XR Corsica - Balagne en Transition 02 - A Rimigna 02 - PARC St Sauveur 59 - Coordination Fête une autre Terre 85 - Attac Landes Côte Sud 40 - Capre 06 - Alternatiba/ANVCOP21 Grenoble - - ANV/COP21 Besançon - Collectif "la tête dans le sable" 44 - Collectif Non à Tropicalia - XR France - XR Brest - Attac Gap - XR Hautes-Alpes - CAPE (Comité d'Alerte Pour l’Espiguette) 30


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.