Marie-George Buffet, au nom du Parti

Celle qui rêvait d’une autre candidature doit multiplier les déplacements pour tenter de convaincre, à force de rencontres de proximité, que le vote communiste peut être un vote utile.

Elle est arrivée en retard. Et ne restera pas une heure. Ce jeudi, Marie-George Buffet termine sa journée à Gennevilliers (Hauts-de-Seine), dans la salle du centre social des Grésillons, un quartier de cette ville communiste. Entre le maire Jacques Bourgoin, silencieux, le député Jacques Brunhes, ancien secrétaire d'État au Tourisme, qui ne se représente pas, et le sénateur Roland Muzeau, qui tentera en juin de conserver cette circonscription acquise au Parti depuis 1936, la candidate de la « gauche…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents