Dans la roue de Blondin

Une évocation du Tour de France sous forme de symphonie littéraire, par l’écrivain attitré.

Antoine Blondin a été le chroniqueur du Tour de France de 1954 à 1982. Par Jacques Maigne et Serge Garcin, c'est peut-être là moins un hommage à une compétition discréditée, à juste raison, qu'à un auteur, suivant une lecture buissonnière de ses chroniques. Aux images d'archives, vivier de légendes, de féeries humaines (et parfois inhumaines) s'ajoute ici une langue colorée, foisonnante, versée dans le lyrisme. Un Blondin touché par le hurlement d'un peloton dans la descente d'un col, par la sensibilité de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents