Le grand chamboule-tout

Après la défaite, la gauche cherche confusément les voies de la reconquête. Organisation, stratégie, alliances sont au programme des universités d’été. Au PS, le débat a commencé avant le rassemblement de La Rochelle.

Dans l'exorcisme de la défaite, certains mots agissent comme des talismans. Sonnée par son échec du printemps, le troisième dans une élection présidentielle et un score électoral global historiquement faible, la gauche en use et parfois en abuse. Trois mots émergent des premiers rassemblements et universités d'été qui se sont tenus : construction, reconstruction, rénovation. Sans que l'on sache toujours ce qu'ils recouvrent. Arnaud Montebourg, à la fin de son discours, lors de la fête de la rose de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.