Il pleut du bonheur

« Comicopera » est le nouvel album de Robert Wyatt. Une pièce de plus dans l’œuvre unique
d’un artiste magnifique.

Robert Wyatt ressemble de plus en plus à un magicien sorti d'un livre de J. R. R. Tolkien. Il vit dans la campagne anglaise et passe le plus clair de son temps à faire de la musique, jouer, enregistrer, jusqu'à accumuler un matériau dans lequel il puise pour en extraire l'ébauche de futures chansons. Un travail en solitaire qu'il compare à celui d'un peintre ou d'un poète. Un travail d'artiste. Ce qui, sans doute, explique aussi sa longévité et sa perméabilité aux modes. Parfois, il sort de sa retraite…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents