La course à l’échalote

Une plongée au cœur de la rédaction de « Politis » et de sa vie quotidienne, au rythme des bouclages, des réunions, des moments d’écriture et de stress. Ou comment se fabrique notre information.

Christophe Kantcheff  • 24 janvier 2008 abonné·es

Un jour, un étudiant en cinéma s'est présenté à Politis pour faire un film sur la vie du journal. Il a débarqué avec son matériel, un ou deux de ses copains pour l'assister et, sans doute, une vision un peu idéalisée du métier de journaliste. Très rapidement, nous l'avons entendu s'interroger avec insistance sur les endroits où il devait placer sa caméra. Un embarras qui n'était pas simplement dû à son manque d'expérience. Il découvrait, en partageant notre quotidien, ce qu'il n'avait pas soupçonné~: il n'est rien de moins spectaculaire que la vie ordinaire d'un journal.

Quand bien même ce journal ne ressemblerait à aucun autre~! Ne serait-ce que physiquement~: la petite équipe de Politis ­ les salariés permanents sont au nombre de treize (tous services compris), auxquels il faut ajouter la présence régulière de cinq ou six pigistes ­ n'occupe pas moins de deux étages, et encore, sans compter le sous-sol, où se déroulent toutes les réunions, et les mezzanines qui surplombent le second~! C'est que Politis est installé dans un ancien

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Médias
Temps de lecture : 6 minutes