Raconte, grand-père…

De la plume de son fondateur, l’histoire, brossée à grands traits,
de la naissance et des premiers pas de « Politis ».

Bernard Langlois  • 24 janvier 2008 abonné·es

FONDATEUR... AND CO !

Gratifiant, un peu lourd à porter, nimbé prématurément d'un vague parfum d'outre-tombe ­ comme d'une plaque qu'on visse sur le sapin ­, portant néanmoins témoignage d'un rôle passé qui eut son importance (relative) dans l'histoire de l'objet auquel il se réfère (ici, un hebdomadaire français), le titre de « fondateur » est de ceux qu'il convient de porter avec humilité : tant il est vrai qu'on ne fonde jamais rien de durable tout seul, et sûrement pas un journal, oeuvre collective par excellence. Politis n'échappe pas à la règle.

Vingt ans après la naissance de ce titre étrange [^2] , accueilli dans un scepticisme général et auquel on ne donnait certes pas si longtemps à vivre, je repense aux conditions extravagantes de sa gestation (comptez une bonne année avant la sortie du numéro un), dans des conditions de bricolage et de précarité dignes de ces temps difficiles où la parole libre devait se frayer un chemin sous le manteau, à ses risques et périls.

Bien sûr que j'exagère ! Comparaison n'est pas raison, et je sais bien que les rédacteurs des feuilles clandestines, aux

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Médias
Temps de lecture : 12 minutes