L’avenir n’est plus ce qu’il était…

Experts néolibéraux, scientistes ou prophètes sectaires, ils ont tous en commun de nous enseigner le fatalisme et la résignation. S’inventer un autre avenir est donc un acte de liberté. Un grand dossier d'été à lire dans notre rubrique Société .

L'avenir n’est-il plus qu’un bon souvenir ? ­L’avenir prévisible s’entend. L’avenir radieux du « toujours plus » et du « toujours mieux ». La question pourrait ­n’être que plaisante. Mais elle n’est pas que cela. Et c’est même l’un des problèmes politiques majeurs de notre époque. Le fil de l’histoire, celui d’Hegel et de Marx, a été rompu. En France, nous datons cette rupture du milieu des années 1970, avec la fin de ce que Jean Fourastié avait appelé « les Trente Glorieuses ». Elle coïncide avec…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents