Sarkozy rappelé à l’ordre… par son homologue italien

Olivier Doubre  • 17 juillet 2008 abonné·es

Alors que l’inquiétude sur l’état de santé de Marina Petrella ne cesse d’augmenter, Nicolas Sarkozy annonçait la semaine dernière (voir Politis n° 1010) qu’il comptait bien extrader l’ancienne brigadiste italienne, réfugiée en France depuis plus de quinze ans et mère d’une fillette française âgée de 10 ans. Dans sa grande bonté, le président français précisait toutefois qu’il avait demandé à son « ami » Silvio Berlusconi, lors de la réunion du G8 à Tokyo, de transmettre au président de la République italienne un recours en grâce en faveur de Marina Petrella, « compte tenu de l’ancienneté de [sa] condamnation et de [sa] situation psychologique et de santé »…
*
Comme le Mrap, la Ligue des droits de l’homme, le Syndicat de la magistrature, plusieurs éditorialistes et même le Parti socialiste, on comprend mal pourquoi Nicolas Sarkozy tient tant à l’extrader pour demander ensuite une grâce à caractère humanitaire, alors que son état interdit assurément son transport et, surtout, que la Convention européenne d’extradition de 1957 prévoit justement une clause « humanitaire » pour raisons de santé. Ces organisations ont en outre dénoncé le *« non-respect de la parole de la France »
(donnée par le président Mitterrand en 1985) de ne pas extrader les réfugiés italiens ayant rompu avec la lutte armée, et la volonté de Sarkozy d’enterrer la « doctrine Mitterrand » – qu’il a définie « illégitime du point de vue du droit » – alors qu’il propose la même mesure aux guérilleros des Farc.
Or, à la suite des déclarations de Sarkozy, typiques de son mode d’exercice du pouvoir, la présidence de la République italienne a sèchement rappelé au locataire de l’Élysée qu’une demande de grâce auprès du chef de l’État italien « devait tenir compte des normes en vigueur, de la jurisprudence constitutionnelle et des conditions qui encadrent l’exercice de ce droit de grâce, qui est de la compétence exclusive du président de la République italienne ». Une manière de répondre à Nicolas Sarkozy, qui, au même moment, donnait des leçons de droit rétrospectives à François Mitterrand.

Politique
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

« Développer toutes les mutineries contre la classe dominante »
Entretien 17 avril 2024 abonné·es

« Développer toutes les mutineries contre la classe dominante »

Peter Mertens, député et secrétaire général du Parti du travail de Belgique, publie Mutinerie. Il appelle à multiplier les mobilisations contre l’Europe néolibérale et austéritaire sur tout le Vieux Continent.
Par Olivier Doubre
« Les Écolos, c’est comme les pirates dans Astérix qui se sabordent eux-mêmes » 
Politique 12 avril 2024 abonné·es

« Les Écolos, c’est comme les pirates dans Astérix qui se sabordent eux-mêmes » 

À la peine dans les sondages pour les élections européennes, avec une campagne qui patine, le parti écologiste se déchire sur fond d’affaire Julien Bayou. La secrétaire nationale, Marine Tondelier, tente d’éteindre le démon de la division.
Par Nils Wilcke
« Il est presque sûr que des eurodéputés RN ont reçu de grosses sommes de la Russie »
Entretien 11 avril 2024 abonné·es

« Il est presque sûr que des eurodéputés RN ont reçu de grosses sommes de la Russie »

À deux mois des élections européennes, l’ONG internationale Avaaz part en campagne contre le parti de Jordan Bardella et Marine Le Pen dont les sulfureux liens internationaux sont inquiétants.
Par Michel Soudais
« La gauche de demain doit être soucieuse d’un rassemblement démocratique »
Entretien 10 avril 2024 libéré

« La gauche de demain doit être soucieuse d’un rassemblement démocratique »

Le professeur de science politique Philippe Marlière est coauteur d’un court ouvrage étrillant la classe politique française et interpellant six personnalités (dont Hollande, Macron, Mélenchon). Pour lui, la gauche doit se repenser si elle souhaite devenir majoritaire.
Par Lucas Sarafian