Peut-on critiquer la croissance ?

La faillite des politiques néolibérales, la récession économique et les ingrédients d’une régression sociale et politique sont bien là. On entend déjà les appels pour « la croissance » et, en filigrane, une sorte d’injonction morale à taire les critiques, étant donné l’ampleur du désastre attendu. Allons-nous répéter l’erreur des années 1980, pendant lesquelles les dégâts de la crise sociale ont remisé et marginalisé les rapports scientifiques déjà alarmistes et les réflexions critiques sur un mode de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents