Dossier : Alimentation : Bien manger, manger tous

Lettre ouverte à Philippe Val

Si je te tutoie, ce n’est pas pour les mêmes raisons que Jacques Prévert, qui disait « tu » à tous ceux qu’il aimait. Moi, je te dis « tu » bien que je ne t’aime pas, seulement par habitude. On se connaît depuis quinze ans, époque où, à la Grosse Bertha , tu n’étais qu’un pigiste comme nous tous. L’appétit de pouvoir te dévorait déjà et, dès la création de Charlie Hebdo , qui suivit notre éviction de la Grosse, un Charlie Hebdo 2e manière, sans le brave Choron cette fois, tu t’es immédiatement autoproclamé…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents