Contre le « ressenti d’appartenance »

Daniel Sabbagh* interroge le principe de l’autodéclaration pour mesurer la diversité. Car c’est l’identité perçue par le discriminant – et non par le discriminé – qui entre en ligne de compte.

Daniel Sabbagh  • 17 juillet 2009 abonné·es

À supposer qu’il soit nécessaire de « mesurer la diversité » de la société française pour mieux « lutter contre les discriminations » , comment devrait-on s’y prendre ? Sans prétendre apporter à cette question épineuse une réponse en bonne et due forme, on voudrait ici attirer l’attention sur les limites de l’option autodéclarative aujourd’hui défendue par la grande majorité

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 4 minutes