Ici

C’est possible ! La direction de la SNCF est aussi prévoyante que soucieuse de ses salariés ! Anticipant une probable libéralisation du TER, elle vient d’annoncer vouloir négocier une convention collective avec les opérateurs privés. C’est, prétend-elle, le « meilleur moyen de défendre l’intérêt des cheminots » car, en cas de mise en concurrence, 25 000 cheminots pourraient bien être « vendus avec les meubles » . L’entreprise publique envisage donc de réformer le temps de travail afin de s’aligner sur les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents