Âpre et douce Algérie

Dans deux pièces récentes, Jacques Hadjaje
et Aziz Chouaki
s’emparent de l’histoire de l’Algérie et de ses relations avec la France.

Gilles Costaz  • 27 mai 2010 abonné·es

L’Algérie est une hantise, une honte de l’histoire dans notre conscience française. Ce n’est pas étonnant qu’en même temps, dans le même théâtre, deux pièces nous ­parlent de son passé et de son présent. Dans Dis-leur que la vérité est belle, Jacques Hadjaje

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 3 minutes