Camille Laurens et une certaine critique

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


On a encore en mémoire la polémique qui a opposé en 2007 Camille Laurens et Marie Darrieussecq, la première dénonçant « une sorte de plagiat psychique » à propos du livre que faisait alors paraître la seconde, Tom est mort (POL). Puis la polémique fut artificiellement relancée en 2010, lors de la parution de Romance nerveuse (Gallimard), le premier roman de Camille Laurens depuis l’affaire, qui pourtant n’y consacrait que quelques pages et de manière distanciée.

Camille Laurens, invitée le 3 mai dernier à Paris dans le cadre du séminaire « La Critique impossible ? », animé par l’écrivain Bertrand Leclair et Christophe Kantcheff, est revenue sur cette polémique pour analyser le processus médiatique qui s’est mis alors en branle et l’a prise pour cible, tout en lui retirant la parole alors que Marie Darrieussecq pouvait amplement s’exprimer.
[
Le texte de l’intervention de Camille Laurens est désormais accessible sur le site de l’Institut français de presse (IFP)->http://ifp.u-paris2.fr/97232391/0/fiche___article/&RH=IFP-JSEMINAIRE], qui accueille les séances du séminaire. C’est un texte pertinent et courageux sur une certaine critique majoritaire qui bafoue les règles de base du journalisme et travaille à charge. « Au-delà de la situation de la critique littéraire aujourd’hui , conclut Camille Laurens, cela soulève beaucoup d’interrogations sur la manière dont l’espace médiatique est incapable d’opposer la moindre résistance à la mécanique même de la société du spectacle. Cela amène également à réfléchir sur l’intrication des enjeux médiatiques et éditoriaux. »

Par ailleurs, les éditions Léo Scheer font paraître Camille Laurens , dans la collection « Écrivains d’aujourd’hui », sur l’œuvre de la romancière (264 p., 10 euros).


http://ifp.u-paris2.fr/56342062/0/fiche___pagelibre/&RH=IFP-JOURNAL&RF=IFP-JSEMINAIRE

Haut de page

Voir aussi

Le mythe du renouveau macronien dans les eaux troubles de la « raison d’Etat »

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents