Ni putes ni soumises : la faillite morale

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le lancement de Ni putes ni soumises en 2003 semblait plus appartenir à une opération de communication qu’à l’histoire du monde associatif. Huit ans plus tard, et alors que « NPNS » renouvelle sa direction, le bilan confirme cette impression : scandales et conflits à répétition en interne, départ de la fondatrice, Fadela Amara, pour rejoindre le gouvernement de Nicolas Sarkozy, grasse subvention ministérielle… Avec, dans la dénonciation, un ciblage exclusif et suspect : le jeune Arabe… C’est peu dire que l’association souffre d’un profond discrédit moral.


Haut de page

Voir aussi

Debout les festivals !

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.