Préconiser ne suffit pas

Politis  • 22 décembre 2011
Partager :

Le laxisme du droit international de la mer a frappé les côtes morbihannaises. L’échouage du TK Bremen sur la plage classée de Kerminihy et les dégâts écologiques qui en découlent (100 m3 de sable souillé lundi, oiseaux mazoutés, 5 ostréiculteurs de la ria d’Etel interdits de vente pour les fêtes, les risques du probable découpage sur place d’un vieux vraquier certainement amianté…) auraient pu être évités. Selon la Fondation Surfrider, « l’armateur turc a incité le capitaine à partir pour économiser une nuit au port » de Lorient, qu’il a été le seul à quitter peu avant la tempête. Aujourd’hui, juridiquement, les capitaines – donc les armateurs – sont les seuls maîtres à bord de leur navire, qu’il pleuve ou qu’il vente. Jean-Yves Le Drian, président du conseil régional breton, a rappelé que « la commission d’enquête de l’Erika [voulait donner] aux autorités portuaires la possibilité d’interdire aux bateaux de sortir » mais que, sur décision européenne, « la prescription avait finalement été transformée en simple préconisation »

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don