Jihadisme des uns et jihadisme des autres

Il y a dix-sept ans déjà, l’explosion d’une bombe dans la station Saint-Michel du métro parisien avait confronté la France à la violence terroriste. Dans les interstices d’un discours dominant très unilatéral, j’avais éprouvé le besoin de rappeler que plus encore que le poseur de bombes, qu’il fallait traquer sans relâche, il convenait de démanteler la machine sociale et politique qui fabriquait de si terribles individus (« La recette du poseur de bombes » (http://algeria-watch.de/farticle/Burgat2.htm).…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents