Jihadisme des uns et jihadisme des autres

François Burgat  • 5 avril 2012 abonné·es
Il y a dix-sept ans déjà, l’explosion d’une bombe dans la station Saint-Michel du métro parisien avait confronté la France à la violence terroriste. Dans les interstices d’un discours dominant très unilatéral, j’avais éprouvé le besoin de rappeler que plus encore que le poseur de bombes, qu’il fallait traquer sans relâche, il convenait de démanteler la machine sociale et politique qui fabriquait de si terribles individus (« La recette du poseur de bombes » (http://algeria-watch.de/farticle/Burgat2.htm). Depuis que l’identité de Mohamed Merah est connue, une étrange sensation de
Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Digression
Temps de lecture : 6 minutes