Sarkozy l’enfumeur

Le candidat sortant a tardivement présenté son programme.
Les mesures anecdotiques masquent mal l’hyperlibéralisme de l’ensemble.

Dans une démocratie, il est difficilement concevable qu’un candidat s’abstienne de présenter son programme. Nicolas Sarkozy a néanmoins tout fait pour retarder l’échéance. Et ce n’est qu’à dix-sept jours du scrutin que le candidat sortant s’est résolu à sacrifier à ce qui est, à ses yeux, une contrainte. L’exercice ne fut pas des plus brillants. Car, ce jour-là, Nicolas Sarkozy n’avait dans sa besace de farces et attrapes qu’une seule proposition nouvelle : payer les retraites le 1er du mois au lieu du 8.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.