Après le Vel d’Hiv, la torture en Algérie ?

Dans la lignée de Jacques Chirac, François Hollande a rendu hommage aux victimes de la rafle du Vel d’Hiv dimanche 20 juillet, commémorant ainsi une heure noire de l’histoire nationale et reconnaissant la responsabilité de la France. Contrairement à François Mitterrand, ces deux présidents de la République, l’un trop jeune pour être impliqué dans la Seconde Guerre mondiale, l’autre pas encore né, ont manifestement plus de distance par rapport à cet événement. Dès lors, on se prend à rêver que François…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents