Like someone in love, d'Abbas Kiarostami : La belle de Tokyo

Abbas Kiarostami orchestre une rencontre improbable entre deux solitudes.

Un bar, l’intérieur d’une voiture dans les rues de Tokyo la nuit puis le jour, un garage, et enfin l’appartement d’un vieux professeur : voilà tous les décors du nouveau film d’Abbas Kiarostami. Un minimalisme des lieux qui ne fait pas peur au cinéaste iranien – Ten se concentrait dans une voiture, Shirin dans une salle de cinéma – mais qui tranche avec le film précédent, Copie conforme, tourné en Toscane. Il en va ainsi avec Abbas Kiarostami. De film en film, il continue à chercher, à se renouveler, à…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents