Drogues : ouvrir des salles de conso ?

Plusieurs villes en France se sont déclarées volontaires pour l’ouverture de lieux de consommation de drogues à moindre risque. Laurence Cohen y voit une démarche de santé publique, tandis que Samia Ghali craint que cette initiative ne soit un préalable à la légalisation.

En tant qu’élue nationale, je considère qu’il est important et nécessaire d’ouvrir des salles de consommation à moindre risque (SCMR). Le sujet, finalement, ne fait pas polémique outre mesure dans le monde politique puisqu’on voit des collectivités locales dirigées par des élus de toutes sensibilités, de droite comme de gauche, qui se sont déclarées volontaires pour ouvrir de telles salles. En effet, celles-ci offrent d’abord la possibilité de renouer le contact avec des publics en danger, et coupés de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.