Le franc-parler suisse

Politis  • 7 mars 2013
Partager :

L’antre de la finance a voté « oui » dans tous les cantons, fait rarissime. Les rémunérations des patrons de grandes entreprises suisses devraient être contrôlées, et surtout revues à la baisse. Le texte a été approuvé par référendum dimanche dernier à 68 %. Les primes d’arrivée ou de sortie, les fameux parachutes dorés (garantie 24 carats), seraient, elles, amenées à disparaître. Un comble pour ce pays
d’économie libérale assumée. Plus cocasse, l’homme à l’initiative du projet, Thomas Minder, est lui-même chef d’entreprise à succès, et sénateur de la très droitière et xénophobe UDC. Le texte doit maintenant être approuvé par le Parlement. Faute de majorité, c’est le contre-projet préparé par le gouvernement qui entrerait directement en vigueur. Et ce dernier comporte nombre de dérogations concernant les indemnités de départs. Les patrons suisses peuvent encore espérer échapper à l’exil.

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don