Les casseroles n’empêchent pas le business

Nicolas Sarkozy sera le 3 juin, à Londres, la vedette d’un colloque de la banque Goldman Sachs.
Politis  • 25 avril 2013
Partager :

Mis en examen le 21 mars pour « abus de faiblesse » à l’encontre de la milliardaire Liliane Bettencourt pour des faits commis en février 2007 et courant de l’année 2007, Nicolas Sarkozy devra aussi s’expliquer sur les accusations de l’homme d’affaires franco-libanais Ziad Takieddine. Celui-ci affirme détenir les preuves d’un financement par la Libye de la campagne électorale de l’ancien Président. Le parquet de Paris a en effet ouvert la semaine dernière une enquête judiciaire pour « corruption active et passive », « trafic d’influence », « faux et usage de faux », « abus de biens sociaux », « blanchiment, complicité et recel de ces délits ». Nicolas Sarkozy est également visé par une enquête sur la régularité des contrats conclus, sans appel d’offres, entre l’Élysée et neuf instituts de sondage, et cité dans les procédures en cours sur l’affaire Christine Lagarde-Bernard Tapie ou le dossier Karachi. Mais toutes ces casseroles n’affectent pas sa nouvelle carrière. Il sera le 3 juin, à Londres, la vedette d’un colloque de la banque Goldman Sachs. Contre un joli pactole.

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don