La bonne blague du cumul des mandats

François Rebsamen va passer entre les gouttes de la réforme du non-cumul des mandats.
Politis  • 30 janvier 2014
Partager :

François Rebsamen est un sacré farceur. « C’est vrai, j’ai fait la défense et l’illustration du mandat cumulé de sénateur et de maire », a déclaré, sourire en coin, le sénateur-maire socialiste de Dijon lors de ses vœux à la Haute Assemblée, au lendemain même de l’adoption par les députés du texte sur le non-cumul. « Je l’ai fait d’autant plus facilement que je n’étais pas concerné par la réforme, c’était désintéressé de ma part », a-t-il ironisé. Le cumulard, qui se présentera aux élections municipales puis aux sénatoriales en 2014, va en effet passer entre les gouttes de la réforme, qui s’appliquera à partir de 2017. « À supposer que les électeurs [me] renouvellent, jusqu’en 2020 je peux cumuler les fonctions de sénateur et de maire », a-t-il plastronné. Un sénateur socialiste qui se vante de ne pas respecter la loi que son propre camp a portée à bout de bras, il y a de quoi pleurer… de rire !

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don