Valls n’a pas sauvé la taxe Tobin

La taxe sur les transactions financières devait être « un pas décisif » pour arriver à un « dispositif ambitieux », promettait Michel Sapin.
Politis  • 8 mai 2014
Partager :

Mardi, à Bruxelles, on allait voir ce qu’on allait voir. La taxe sur les transactions financières (TTF) devait être « un pas décisif » franchi pour arriver à un « dispositif ambitieux », promettait Michel Sapin, la veille du conseil européen des ministres des Finances. En fait, le projet de TTF a été comme prévu raboté par le lobby bancaire, avec l’aide d’un gouvernement français très laxiste. Le Medef et son homologue allemand, le BDI, sont aussi montés au créneau pour plomber la taxation des produits dérivés, qui représentent plus de 80 % des transactions financières. Histoire de ne pas sortir bredouilles avant les élections européennes, quelques pays se sont engagés à mettre en place une version très light de la TTF. Du coup, elle devrait rapporter à peine quelques milliards d’euros. Si elle voit le jour ! Car, les ministres des Finances ont courageusement décidé de la reporter au 1er janvier 2016…

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don