Juncker a rasé gratis avant d’être élu

Pour séduire les eurodéputés Juncker a multiplié les engagements.
Politis  • 17 juillet 2014
Partager :

Le Parlement européen a approuvé mardi la nomination de Jean-Claude Juncker à la présidence de la Commission européenne. Le candidat des conservateurs, qui avait officiellement le soutien d’un bloc formé par le PPE et les socialistes (S&D), renforcé par les Libéraux et centristes (ALDE), a obtenu les suffrages de 422 députés sur 751, 250 ont voté contre. Pour les séduire, lors de ses auditions par les groupes politiques du Parlement, Juncker a multiplié les engagements. Aux sociaux-démocrates, rapporte le site d’information Contexte.fr, il a notamment promis de se montrer flexible dans l’application des règles budgétaires, et d’octroyer à l’un des leurs le poste de commissaire aux Affaires économiques. Avant de déclarer aux Libéraux que rien n’était fermement décidé. En séance plénière, il a réitéré la promesse faite aux Verts de « lutter contre la fraude et l’évasion fiscales », ce qui ne manque pas de sel venant d’un ancien Premier ministre du Luxembourg. En politicien madré, il a aussi usé de l’anglais pour défendre le marché intérieur et le pacte de stabilité, du français pour l’emploi et la zone euro.

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don