Pas de place pour les caravanes

Les communes des Hauts-de-Seine n’ont pas de place pour les gens du voyage.

Expulser, oui ; installer, non. Les communes des Hauts-de-Seine n’ont pas de place pour les gens du voyage. Le département, qui doit ouvrir 300 places de caravanes depuis 2003, remplit à peine 9 % de son quota avec 26 emplacements, situés sur une seule aire d’accueil, à Colombes. Trente-quatre communes se sont donc tranquillement installées dans l’illégalité depuis dix ans, sans trop de soucis puisqu’elles ne sont soumises à aucune pénalité. Selon la loi, c’est la préfecture qui doit imposer ces…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents