Gilles Carrez, un Thévenoud à la Commission des finances

Gilles Carrez n’est pas le dernier à dénoncer l’augmentation des déficits publics.

Carrez jure être « complètement de bonne foi » et qu’il ne savait pas qu’un abattement de 30 % ne s’appliquait pas à son bien. Un trou de mémoire, comme Thomas Thévenoud, chevalier blanc de l’éthique fiscale, qui n’a pas payé ses impôts pendant plusieurs années… Dans le cas de Carrez, l’oubli lui a permis de ne pas payer l’impôt de solidarité sur la fortune depuis 2011, alors que le député rapporteur général du budget avait fait voter cet abattement dans la loi Tepa, laquelle a allégé la fiscalité des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents