L’amendement pirate de Cazeneuve

Ce paragraphe autoriserait l’autorité administrative à exiger des moteurs de recherche qu’ils déréférencent des sites sans intervention d’un juge.

La loi antiterroriste faisait grincer quelques dents. Elle n’en a pas moins été adoptée le 16 octobre au Sénat, les sages restant cois devant un amendement rajouté in extremis par Bernard Cazeneuve. Ce paragraphe autoriserait l’autorité administrative à exiger des moteurs de recherche qu’ils déréférencent des sites « faisant l’apologie du terrorisme ». Et ce, sans intervention d’un juge. C’est là le hic : pourquoi esquiver la case justice qui intervient en urgence dans ce type de cas ? Par an, « on parle…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents