Cambadélis voit la vie en rose

Élu sans surprise, le patron du PS rêve d’une « grande alliance populaire » de centre gauche.

Le congrès du PS, qui s’achève ce week-end à Poitiers, sera calme. Après l’épisode du vote sur les motions, le 21 mai, l’élection au poste de premier secrétaire, le 28 mai, n’a été qu’une formalité. En obtenant un peu plus de 70 % des suffrages, Jean-Christophe Cambadélis obtient l’intronisation dont il rêvait – sa désignation à la tête du PS, l’an dernier, avait été entérinée par un simple vote du conseil national –, et Christian Paul, qui avait conduit la motion des « frondeurs », n’a pas élargi…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.