Orange et le boycott des colonies israéliennes

Stéphane Richard a déclenché l'ire de Benyamin Netanyahou.

En déclarant le 3 juin, au Caire, que son groupe « envisageait de se retirer d’Israël » , le PDG d’Orange, Stéphane Richard, a répondu indirectement à un collectif d’organisations comprenant notamment la Ligue des droits de l’homme, France-Palestine, la CGT et Solidaires, qui l’avait interpellé six jours plus tôt. Le porte-parole de ce collectif demandait à l’opérateur télécom de rompre son partenariat avec Partner Communications, une société israélienne qui équipe les colonies et l’armée. Hanté par le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.