« Silvia Regina », de Matti Hagelberg : Et Dieu créa le libéralisme

Avec Silvia Regina, Matti Hagelberg s’attaque au credo de la mondialisation, avec une rage construite et un humour froid. Une œuvre qu’il qualifie de « prophétie ».

Marion Dumand  • 16 septembre 2015 abonné·es
« Silvia Regina », de Matti Hagelberg : Et Dieu créa le libéralisme
Silvia Regina Matti Hagelberg, traduit du finnois par Anne Colin du Terrail, L’Association, 216 p., 29 euros.
© Illustration : l’Association

Drôle d’outil que la carte à gratter. C’est une surface noire qu’il faut travailler, souvent à la plume, pour y découvrir le blanc. Matti Hagelberg, lui, s’y attaque au cutter. Au cutter, il ouvre Silvia Regina par un monstre-chenille salivant, portant couronne d’épines au front et code-barres en stigmate. Ce « glorieux Christ du libéralisme » tient une esclave enchaînée, allongée, squelettique,

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 4 minutes