« Silvia Regina », de Matti Hagelberg : Et Dieu créa le libéralisme

Avec Silvia Regina, Matti Hagelberg s’attaque au credo de la mondialisation, avec une rage construite et un humour froid. Une œuvre qu’il qualifie de « prophétie ».

Drôle d’outil que la carte à gratter. C’est une surface noire qu’il faut travailler, souvent à la plume, pour y découvrir le blanc. Matti Hagelberg, lui, s’y attaque au cutter. Au cutter, il ouvre Silvia Regina par un monstre-chenille salivant, portant couronne d’épines au front et code-barres en stigmate. Ce « glorieux Christ du libéralisme » tient une esclave enchaînée, allongée, squelettique, mi-femme mi-alien. Son credo, « Blessed are the greedy ® » (« Bénis sont les avaricieux ® »), il le prononce…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Décolonisation inachevée

Politique accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents